Réforme du COBAT – Sondage auprès des architectes

Les architectes sont en première ligne pour pouvoir répercuter le véritable impact du COBAT sur la ville et sa population
Nous, les architectes sommes confrontés quotidiennement aux contraintes administratives, aux parcours étriqués et complexes qui mènent à quoi ?
L’urbanisme est-il un outil de censure à l’exercice de notre art ?
L’hyper réglementation a-t-elle apporté de la qualité architecturale ou son contraire ?
La trop grande liberté d’interprétation des textes et règlements d’urbanisme, des notions arbitraires comme « le bon aménagement des lieux », des procédures sans fin, des situations kafkaïennes résultant de la congestion des services d’urbanisme, des commissions de concertation qui peuvent virer au « tribunal populaire » ainsi que des autorités délibérantes exagérément sensibles aux émois de voisinage, le pouvoir du NON sans raison face aux projets raisonnés, font naître chez certains architectes le sentiment d’un despotisme urbanistique en Région de Bruxelles-Capitale.
Avéré ou pas ? Les architectes ont eu l’occasion de s’exprimer au travers de 3 petits sondages. Le premier s’intéressait aux délais et retards de procédures, le second à l’exercice souvent douloureux de la Commission de Concertation et enfin, le dernier, des règles en vigueur RRU, RCU, PRAS…

L’ensemble des sondages s’est déroulé durant le mois de décembre 2015. Cette période a été déterminée par l’urgence de mettre en place un outil qui reflète l’opinion des architectes face aux COBAT et RRU actuel en vue de suggérer au gouvernement bruxellois les amélioration à y apporter. Il s’agit d’une période où les architectes sont fort sollicités. Le taux de participation aux trois sondages est d’autant plus impressionnant. Is est symptomatique de urgence qu’il y a de réformer mais aussi de ne pas rater cette opportunité.
Pour les trois sondages, plus de 80 % des répondants travaillent principalement à Bruxelles et sont répartis suivant la pyramide des âges des architectes.Les plus de 50 ans ne représentent qu’un tiers des répondants.
Et toujours sans surprise, la moitié des répondants exercent à titre d’indépendant, un gros quart dans des petites structure, soit plus de 70 % des répondants exercent seuls ou dans de petites structures. Alors que les gros bureaux emploi un très grand nombre d’architectes ceux-ci sont beaucoup moins sensible à la question. Seul 7 % des répondants disent exercer dans le cadre d’une grosse structure (+ de 20 architectes collaborateurs). Les architectes fonctionnaires représentent entre 4 et 2 % des répondants (à comparer avec la proportion des archi fonctionnaires inscrit au BCBW)
Temps moyen consacré au sondage est de ± 20min.

=>communiquer de presse de l’OA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s